• La passion de la vie comme Soeur Emmanuelle ou Lucien le poète

     
     
    Mercredi 22 octobre 2008

     

    Soeur Emmanuelle



    Wikipedia.org


    Je vous offre ce poème d'une très grande force... de fraternité !

    En hommage à Soeur Emmanuelle,
    à notre soeur à tous, en effet...

    Et si je vous disais que j'ai  le même caractère qu'elle ? C'est vrai !

    Une foi à déplacer les montagnes,
    une générosité indécrottable, un altruisme inaltérable,
    une espérance contagieuse,
    aimant donner et se donner,
    une préférence pour les petits, les sans voix, les moins que rien, les piétinés, les écrasés, les broyés,
    un caractère mutin, rieur, farceur, enjoué, impulsif, spontané, opiniâtre,
    un franc parler étonnant, 
    un caractère entier,  
    une énergie, une vitalité débordantes,
     
    une passion de la vie incroyable, quand j'avais 15 ans on m'avait baptisée la "force vitale" de Bergson (même si je suis paralysée, un jour, mes yeux brilleront, l'étincelle sera là, et puis l'enthousiasme, la curiosité pétillante, l'esprit positif et le sens de l'humour)
    un immense appétit de vivre et une joie que rien n'altère,
    la même fraîcheur,
    la même soif d'éternité radieuse !
    Et bien sûr le même amour universel !

    Eprise de liberté, à l'aise partout, sous le ciel du monde,
    m'adaptant à tout sauf à l'injustice,
    croquant l'existence à pleines dents, amoureuse de la vie, quoi !
    Soeur Chantal de tous les humains,
    la main tendue, et le coeur grand ouvert !

    Soeur Emmanuelle, tu nous manques ! Reviens nous enchanter !

    Voici un hommage non-aligné... Il t'aurait plu, dis ???




    En hommage à soeur Emmanuelle,
    ce poème de Lucien Jacques

     


     

    Je crois en l'homme, cette ordure,

     

     

     

    Je crois en l’homme, ce fumier,  ce sable mouvant, cette eau morte.

     

     

     

    Je crois en l'homme, ce tordu, cette vessie de vanité.

     

      Je crois en l'homme, cette pommade,

     

      Ce grelot, cette plume au vent, ce boute-feu, ce fouille- merde.

     

      Je crois en l'homme, ce lèche sang.

     

      Malgré tout ce qu'il a pu faire de mortel et d'irréparable.

     

      Je crois en lui

     

      Pour la sûreté de sa main,

     

    Pour son goût de la liberté,

     

      Pour le jeu de sa fantaisie.

     

      Pour son vertige devant l'étoile,

     

      Je crois en lui pour le sel de son amitié,

     

      Pour l'eau de ses yeux, pour son rire,

     

      Pour son élan et ses faiblesses.

     

      Je crois à tout jamais en lui

     

      Pour une main qui s'est tendue, pour un regard qui s'est offert.

     

      Et puis surtout et avant tout

     

      Pour le simple accueil d'un berger.

    http://yog.lavie.over-blog.com/article-23937929.html 


    " L' Eternel est mon berger,
    je ne manquerai de rien "


     


    Il y a une dimension d'éternité
    en chacun de nous.
    Saisissons-la !
    Quelle belle certitude...


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :