• La démocratie en péril. Où sont les intellectuels ? Par Chantal Dupille

     
     
    Vendredi 23 octobre 2009

     

                                           
                   

    Un écrivain aime la liberté; Elle lui est aussi nécessaire que l'air qu'il respire. Il aime la démocratie, il s'épanouit dans un pays démocratique.

    Hélas, la démocratie régresse partout. L'Union Européenne ignore superbement les désirs ET les besoins des peuples; ils ne votent pas bien ? On les fait revoter, chantage à l'appui , et tant pis pour les belles proclamations de démocratie. On a d'ailleurs l'impression que plus on en parle, plus elle s'efface... dans un silence presque assourdissant.  Où sont les intellectuels d'antan, à la pensée et au verbe libres ? Ils ont disparu. Ou alors, ils ne sont là que pour défendre l'état d'Israël et commémorer, encore et toujours, la Shoah, comme si elle était le point d'orgue de l'histoire de l'humanité, justifiant tout et prétexte à tout. Comme le débat s'est appauvri ! Et même si la démocratie s'estompe, il n'y a presque plus personne pour le déplorer. La menace du  Nouvel Ordre Mondial totalitaire dont nous parlent Attali chaque semaine ou Sarkozy ("on y viendra, de gré ou de force" - et tant pis pour la démocratie !) plane sur le monde. Et cet "Ordre" là n'a pas besoin d'élus pour se mettre en place. D'ailleurs, il s'impose. Malheur aux récalcitrants ! Vous avez dit Orwell ?  

    Les décisions ? Elles sont de plus en plus prises par simples décrets. Et dans la foulée, un pays européen, la Belgique, vient carrément d'établir des lois d'exception; la militarisation de la société est proche. La population subit un contrôle total - et sur ce plan, la France n'est pas en reste. Les fichiers se suivent,  et se ressemblent,  les gardes à vue se multiplient et se prolongent, les méthodes policières sont de plus en plus musclées. Et tout commence à être verrouillé: Même la Justice, et bien sûr la presse. Encore que celle-ci commence à donner quelques signes, salubres, d'autonomie, osant émettre quelques critiques quand le fait du Prince dépasse toutes les limites de la République. Aux Etats-Unis, n'en parlons pas, Guantanamo n'est pas mort et le Patriot Act a survécu à Bush. La politique n'a pas changé, seule la façade a été ravalée.  

    Ce n'était pas la peine d'abattre, haut et fort, le communisme stalinien, pour le perpétuer - sans ses aspects positifs, sociaux (pas de pauvres, par exemple, du travail pour tous !); et le fascisme hitlérien n'a pas été vaincu, il s'étend sur la planète, sans bruit, pas après pas, en restreignant jour après jour nos libertés, nos précieuses libertés, qui ne seront bientôt qu'un lointain souvenir.

    Et nous, nous contemplons les désastres à venir.

    Demain sera-t-il pire qu'aujourd'hui ? Pas besoin d'être prophète pour le craindre...

    Ecrivain, qu'as-tu fait de ta plume ? Vas-tu laisser mourir la liberté dont tu ne nourris ?

    Chantal Dupille



                                                         


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :