• L'avenir est-il à la dépopulation, ou à la simplicité de vie ? Barbarie ou Sagesse ?

     
     
    Jeudi 2 février 2012

     

     

     

    rural-paysage.jpg  

     

    Barbarie, ou sagesse ?

    Dépopulation, dénatalité, ou... simplicité de vie ?

     

     

    Dépopulation. Le maître-mot - non prononcé - du Nouvel Ordre Mondial, qui rêve d'une planète presque sans habitants, et où l'Oligarchie pourra indéfiniment puiser dans les ressources pour son bon plaisir. Pour son très bon plaisir !

     

    L'eugénisme est donc à la mode. Frontalement, ou discrètement. Et la Science - sans conscience - s'est saisie de ce domaine.

     

    Bill Gates, une fois sa fortune faite, s'est recyclé dans la vaccination "humanitaire". Pour quelles fins ? Dépopulation par l'inoculation très discrète de substances toxiques, diminuant la résistance de l'organisme aux maladies, ou rendant, à terme, les femmes stériles ? Dieu seul le sait, et surtout le Diable !

     

    Et puis, face à ce monde dit "surpeuplé", et donc promis à une fin prochaine, il y a ce qu'il est coutume d'appeler "l'eugénisme soft", faisant l'éloge de la dénatalité, c'est-à-dire moins d'habitants par une dénatalité plus ou moins désirée. Va pour l'enfant unique, à la Chinoise ! Et là, on se bouscule au portillon : Ecologistes radicaux ou désespérés, écophilosophes, adeptes de la Démosophie et de son enfant unique, etc.

     

    Je prends position. Ras-le bol de l'eugénisme soft ou surtout dur, vive la vie ! On ne m'a pas baptisée dans mon adolescence "La force vitale de Bergson", pour que je prêche pour le contrôle plus ou moins forcé des naissances. Laissons les parents décider de la taille de leur famille, voulez-vous ?

     

    La sagesse consiste-t-elle à inciter à avoir un enfant seulement ou même aucun ? Eh bien, j'irai à contrecourant. Je plaiderai pour une autre sagesse ! Celle de la simplicité de vie...

     

     

    http://www.protic.net/profs/menardl/agriculture/ruralite.gif

    http://www.protic.net/profs/menardl/agriculture/ruralite.gif

     

    Pourquoi y-a-t-il trop d'habitants sur terre ?

     

    Parce que la terre ne peut nourrir tout le monde ? Mais bien sûr que non !

     

    Si la terre souffre et nourrit de moins en moins, c'est à cause de l'homme, très exactement, de sa folie.

     

    Ce qui est en cause, c'est

     

    - Le Capitalisme sauvage, brutal, prédateur, aveugle. Qui sacrifie l'humain - Individu, animal, nature - à sa soif de profit sans scrupules

     

    - La Spéculation qui s'en prend même au vivant, à l'alimentaire, aux produits de base, vitaux

     

    - L'égoïsme, qui conduit certains - comme les Rothschild - à accaparer à leur profit le maximum de terres de la planète

     

    - Les bio-carburants, qui nourrissent les moteurs plutôt que les individus

     

    - L'utilisation, par les Multinationales (notamment agro-alimentaires), de la faim comme arme  (Voir Jean Ziegler)

     

    - L'imposition de la monoculture au détriment de l'agriculture familiale

     

    - La destruction de la paysannerie

     

    - La surconsommation et le gaspillage

     

    - La pollution des terres (pesticides, chimie, gaz de Schiste..)

     

    - Les OGM qui ruinent les agriculteurs notamment des pays pauvres ou des pays émergents

     

    - L'industrie nucléaire, abondamment utilisée pendant les guerres, comme au Vietnam, où les terres ancestrales ne sont plus cultivables

     

    - Les mines antipersonnel qui rendent certaines terres impropres à la culture

     

    - Les guerres imposées partout, qui dévastent des régions entières.

     

    Etc, etc, etc. Et tout cela est Barbarie !

     

    Mon raisonnement est donc le suivant :

     

    Si nous revenions à la simplicité de vie, excluant bien sûr tout ce qui précède, si nous revenions à la simplicité volontaire et joyeuse de vie qui rejette surconsommation ou productivisme, nous n'en serions pas là. Comme je l'ai écrit ailleurs, il y a un siècle nos aïeux vivaient plus sain, plus propre, plus raisonnablement, sans hypothéquer l'avenir de leurs enfants - et la terre pouvait nourrir tous ses habitants. La simplicité de vie, la modération, sont la clef de tout.

    Alors, barbarie de la surconsommation et du profit égoïstes ? Ou joyeuse simplicité de vie volontaire ?  Moi, j'ai choisi. Concrètement, quotidiennement ! J'ai fait le pari des naissances multiples - 2 garçons et une fille, le 3e fils je l'ai perdu avant la naissance - et de la modération librement assumée. De la simplicité de vie, même !

     

    Et pourquoi pas le retour aux modes de vie anciens, aussi, respectueux des équilibres ? Il n'est pas nostalgie du passé. Mais préservation de l'avenir, sagesse, et bonheur. Le bonheur, d'ailleurs, ne passe-t-il pas par le qualitatif plutôt que par le quantitatif ? Avez-vous vu le reportage : "Une semaine sans électricité ?" Des familles volontaires redécouvraient la bougie. Les jeux en famille. Les repas qui se prolongent avec les enfants ou avec les voisins. Le bon vieux lavoir des lavandières. Et la convivialité !

     

    En tous cas, en plaidant pour la simplicité de vie assumée, on rejoint l'écophilosophie. Une philosophie de vie humaniste, respectueuse de la nature, du vivant, de tous les vivants, de tous les possibles, de toutes les naissances, une philosophie de vie toute en simplicité, excluant avec fermeté toutes les formes de barbarie.

     

    Même celle de la dénatalité, de l'enfant unique proposé ou imposé...

     

    Chantal Dupille

     

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Chantal_Dupille

    .

     

    Et revitalisons nos villages !

     

    Vidéo enregistrée le 24 septembre 2011 avec l'aide d'un Lecteur de mes blogs

     

     

    R-sistons video 1 : Revitaliser nos villages, l'idée d'eva R-sistons  
    14:50

    R-sistons video 1 : Revitaliser nos...

     

     

    http://imageshack.us/photo/my-images/213/grantwood.jpg/
    .
    .
    .
    Notre terre souffre !
    La barbarie du Système
    qui empoisonne la terre
     
     
    .

    .

    Petropolis

    Vue du ciel, la terre est un enchevêtrement de forêts, de rivières et d'affluents à perte de vue. Une nature souveraine au-dessus de laquelle plane la caméra. Soudain, une plongée vertigineuse à la manière d'un oiseau de proie, et nous voilà aux portes de l'enfer : une mine de pétrole à ciel ouvert. De visions d'apocalypse en séquences hypnotiques tournées depuis un hélicoptère, Petropolis adopte le point de vue des oiseaux pour réaliser l'autopsie de cette immense blessure. Violée par l'homme, abusée sans remords, la terre filmée par Peter Mettler est une bête à l'agonie.

    (Canada, 2009, 43mn)
    ARTE F

     

    .http://videos.arte.tv/fr/videos/petropolis-6355278.html

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :