• D. De Villepin : L'honneur de la France renouant avec le Gaullisme social

     
     
    Mercredi 20 avril 2011

     

     

     

    Le projet de Dominique de Villepin :

    Gaullien, républicain, social, humaniste, prophétique.

    D. de Villepin, l'honneur de la France.

     

    http://www.lefigaro.fr/medias/2009/09/22/f561536a-a6dc-11de-af9e-865cfc129efc.jpg

    http://www.lefigaro.fr

     

    Impressionnant ! Le Gaullisme est de retour, le vrai, dans le meilleur sens du terme, celui qui a une vision, un projet, du souffle. Au service de la France et des Français.

     

    Avec D. de Villepin, l'homme retrouve sa dignité, et la France aussi... Certains commentateurs n'ont pas hésité à parler de programme plus à gauche que celui proposé par le Parti "socialiste". Quand la grandeur de la France rejoint le Bien commun, le Bien de tous, alors oui on sort enfin de l'horreur sarkozienne. Et l'homme a du panache ! Et de l'audace, une audace exprimée avec une clarté et une créativité impressionnantes. La clarté et la créativité étant les qualités que je préfère, avec la générosité, vous comprendrez combien le long exposé de D. de Villepin a trouvé de l'écho en moi.

     

    Que veut D. de Villepin ? Un programme de rupture et même prophétique, assurément. Enfin ! Qu'on en juge:

     

     

     

    Les points forts du projet de Villepin

     

    - Le point de départ de cette République solidaire, c'est la dignité du citoyen. Pragmatique, à défaut du Grand Soir radieux, je ne cesse de réclamer une vie dans la dignité pour chacun. Le Projet du Gaulliste de Villepin tourne en effet autour du citoyen, de sa dignité, en associant étroitement Etat fort, protecteur, juste, attaché à ses devoirs comme à ses prérogatives régaliennes, et devoirs du citoyen, l'un comme l'autre devant avoir un comportement responsable. Droits et devoirs sont donc inscrits dans le marbre...

     

    - "Il ne peut y avoir de politique efficace sans justice sociale". Bien évidemment ! L'un ne va pas sans l'autre. "Il faut donc poser les bases d'un nouvel ordre social", à l'opposé, finalement, du Nouvel Ordre Mondial que veulent nous imposer les Anglo-Saxons. L'Ordre de D. de Villepin garantit donc à chacun un revenu décent, de base (850 euros), permettant de vivre... décemment. Voilà une idée révolutionnaire, esquissée par les plus audacieux, et qui va en effet dans le sens de l'Histoire. Pourquoi ? Parce que tous les emplois, hormis ceux de service ou les commerciaux, sont peu à peu supprimés : Ouvriers, paysans, fonctionnaires, caissières, etc, seront bientôt du passé. Que faire des sans emplois ? Le Nouvel Ordre Mondial prépare un vaste programme d'élimination des populations inutiles. D. de Villepin, lui, en humaniste, croit en la dignité de chacun. Pour quelqu'un comme moi qui ne cesse de dénoncer les dérives de notre société matérialiste et barbare, ce seul point du programme est à saluer, à encourager. En proposant cette mesure révolutionnaire dont le seul tort est d'avoir raison trop tôt, D. de Villepin s'inscrit dans ce que la tradition gaullienne a de meilleur, de plus visionnaire.

     

    - Revenu pour tous, mais aussi pour beaucoup coup de pouce pour le pouvoir d'achat. Les ressources doivent être mises en commun, la création d'entreprises solidaires doit être encouragée. Et D. de Villepin joue la carte des PME comme de l'Economie réelle (ce qui suppose une ré-orientation des capitaux bancaires). Bravo ! Les conglomérats, le gigantisme, ou l'économie virtuelle, ça suffit ! La France profonde vomit la mondialisation carnassière... D. de Villepin, suprêmement intelligent, l'a compris !

     

    - La République solidaire, c'est un Etat fort (avec un Exécutif resserré - une dizaine de ministères - une action et des décisions fortes, de la continuité, et sans cumul de fonctions et de mandats ), rebâti, qui retrouve ses prérogatives notamment régaliennes, au service du Bien commun. Aucune ambiguïté, là encore: Pas de Santé à deux vitesses, des Hôpitaux de proximité, des Droits sociaux et des services publics garantis (notamment celui du Logement, ou du service bancaire pour tous),  un parcours d'intégration pour les étrangers, une Ecole plus juste (avec notamment continuité de parcours et soutien scolaire), une authentique solidarité territoriale, une Police municipale présente dans tous les quartiers, un seul grand impôt citoyen progressif  (symbolique pour les plus modestes, effort important demandé aux plus hauts revenus, aux grosses sociétés et aux détenteurs de larges patrimoines) et bien sûr des Médias réellement indépendants. Enfin, cet Etat fort et protecteur redonnera à la Recherche son excellence, de pointe, et à la Culture ses lettres de noblesse. Qui, aujourd'hui, parle encore de Culture ? D. de Villepin, là encore, permet à la France de renouer avec ses meilleures traditions.

     

    - Ainsi, le citoyen, dans la France de de Villepin, retrouve ses droits, sa dignité. Et l'Etat retrouve le rôle qui doit être le sien : Essentiel, républicain, solidaire. Mais qui dit droits, dit aussi devoirs. D. de Villepin rend à chacun sa dignité, il croit à une France qui rassemble ses citoyens au lieu de les diviser, il accorde un statut à tous,  en demandant à chacun de prendre ses responsabilités : En participant aux décisions communes, en accomplissant un service civil d'intérêt général et aussi son devoir électoral (vote blanc reconnu), en défendant son pays... Là encore, D. de Villepin est créatif : Il invente une nouvelle façon de vivre ensemble, aux antipodes des politiques qui divisent, stigmatisent, méprisent, précarisent, ostracisent et, finalement, détruisent tout... 

     

    - Le projet gaullien et humaniste de D. de Villepin ne peut s'accommoder ni des sectarismes, ni de la médiocrité, ni de la vulgarité, ni du mépris envers les plus précaires ou envers les étrangers, ni du clientélisme, ni des idéologies - il redonne à la politique tout son sens et à l'innovation ses lettres de noblesse. Cela passe par un certain détachement vis-à-vis des Partis traditionnels, en proie aux rivalités, aux clientélismes et tellement  prisonniers des groupes d'intérêts. Un Etat fort et juste doit rassembler et imposer le respect;  Il est au-dessus des intérêts partisans et corporatistes. D. de Villepin est un vrai homme d'Etat, au service de la France et des Français.

     

    - Pont faible de ce projet, la partie européenne, certes bâtie avec D. de Villepin sur le couple franco-allemand, au lieu de laisser comme aujourd'hui la France se perdre dans une union contre nature (avec une G.B. isolée, matérialiste, brutale, chantre du libéralisme militaire et financier qui sacrifie les citoyens aux intérêts des plus fortunés), mais qui fait l'impasse sur l'euro et ses ravages, et sur l'ancrage de l'Europe au Nouvel Ordre Mondial... anglo-saxon technocratique, financier, va-t-en guerre, totalitaire et barbare ! Autres points faibles du projet, il ne parle pas assez de la nécessaire défense de l'environnement et de la ruralité, et il ne propose pas une rupture radicale en matière de Monnaie, il ne rend pas à l'Etat ses prérogatives en matière de Monnaie.

     

    - Enfin, on a plaisir à retrouver les accents gaulliens en matière de politique étrangère, lorsque D. de Villepin, notamment, demande le retrait rapide d'Afghanistan, lorsqu'il refuse de participer à des missions sans mandat international et lorsqu'il exige la sortie du Commandement  intégré de l'OTAN. A elle seule, cette exigence, conforme aux traditions gaulliennes et françaises d'indépendance, explique la hargne des Médias aux ordres des Anglo-Saxons et des tenants du CRIF, comme les efforts faits par les ennemis de notre pays pour neutraliser une candidature permettant à la France éternelle de rayonner dans le monde.

     

    Au milieu d'un concert médiatique malveillant ("République solidaire... ou solitaire !" entend-on méchamment à C. dans l'Air ou ailleurs - comme si la grandeur de D. de Villepin, justement, à l'instar de celle d'une Ségolène Royal, d'un Chevènement, d'un Nicolas Dupont-Aignan ou d'un Bayrou, n'était pas de se situer en dehors des partis traditionnels corporatistes, clientélistes, et même corrompus), j'ai relevé cette analyse d'un(e) journaliste des Chaînes Parlementaires ou plutôt de France24 (je ne me souvens plus), à chaud mais pour une fois neutre, honnête, fidèle à la réalité - bref du bon journalisme, enfin :

     

    "Dominique de Villepin veut un projet fort, servant les intérêts de la France, un projet volontariste et créatif, présentant une alternative claire. Voilà une déclaration qui a du souffle (on reconnaît en effet le D. de Villepin applaudi par l'ONU et une grande partie de la planète, les ennemis de la France ont donc juré de l'abattre - note d'eva), cette République solidaire est une posture gaulliste, républicaine, citoyenne, et... bien à gauche. Nous avons là une démarche directe avec le peuple, au-delà des partis, avec un revenu garanti, le vote obligatoire, l'impôt payé par tous, la pratique du référendum, le service citoyen, l'Etat fort et redistributeur, bref nous avons un programme précis de rupture, une recherche de l'efficacité maximum, un souci de visibilité et de clarté. Il y a un programme et un chef, pas de parti. Ce discours de politique générale rentre dans tous les détails, avec même à la clef une réforme des Institutions.."

     

    Bien évidemment, D. de Villepin redonne du souffle et de la clarté à la politique, et même ses lettres de noblesse, il déclare lui-même vouloir d'un projet fort, d'une réelle alternative: "C'est un Projet pour la France et pour les Français, tout le reste est arrangement politique conduisant à l'abstention ou aux extrêmes. On ne transige pas sur nos valeurs, on ne peut réussir avec des demi-réformes. Je veux offrir une réelle alternative qui passe par une refondation complète".

     

    Assurément, Dominique de Villepin ferait un Président extraordinaire, un grand homme d'Etat capable de rassembler autour de sa personne tant ceux qui sont attachés aux valeurs républicaines et à la justice sociale que les nostalgiques d'une France forte, éthique, respectée. Trop grand chef d'Etat, peut-être, pour être toléré par les ennemis de notre pays, attachés, eux, à sa liquidation et à son asservissement...

     

    C. Dupille

     

    N.B. De Villepin.

    Son projet de revenu minimum pour tous est important,

    très clairvoyant : En effet, tous les emplois sont supprimés

    les uns après les autres (pompistes, personnel dans les métros

    ou les bus, ouvriers, paysans,  fonctionnaires même à l'Hôpital,

    dans les écoles ou dans la police et l'armée..).

    Seule l'idée d'un revenu garanti comme le propose

    D. de Villepin est à la hauteur d'une situation scandaleuse,

    revenu qui garantira la dignité à tous. Au contraire,

    les tenants du Nouvel Ordre Mondial sacrifient les populations

    (dépopulation par guerres permanentes, vaccins toxiques,

    crises et pandémies provoquées, OGM, chemtrails, etc).

    Bravo Dominique de Villepin ! Il est lucide,

    son seul tort est d'avoir raison trop tôt...

     

     

     

    http://www.libanvision.com/image/villepin_couple.jpg

    http://www.libanvision.com/image/villepin_couple.jpg

     

    TAGS : D. deVillepin, France, Gaullisme, République, Gauche, social, solidaire, ONU, Bayrou, S. Royal, Chevènement, N. Dupont-Aignan, Nouvel Ordre Mondial, Monnaie, GB, vote blanc, revenu garanti, Afghanistan, OTAN, Culture, Education, PME, ruralité, environnement, allemand...


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :